Membre du consortium composé de France Chimie, de la Fédération Gay-Lussac et de l’ADIUT, l’ENSICAEN se réjouit de la sélection du projet « Decarbochim » dont  la priorité est la « décarbonation de l’industrie » du plan France 2030 dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt Compétences et Métiers d’Avenir .

La chimie en France est le secteur industriel qui a le plus réduit ses émissions de CO₂ avec une baisse de 65% depuis 1990. Dans sa dernière trajectoire de décarbonation publiée fin 2022, elle s’est fixée comme objectif ambitieux une réduction supplémentaire de ses émissions de CO₂ de 36% en 2030 par rapport à 2015. L’une des conditions pour tenir cette trajectoire est l’accès aux compétences nécessaires à la décarbonation. Or, la chimie, qui est un secteur très innovant, prévoit de recruter 120 000 collaborateurs d’ici 5 ans. Il est donc indispensable de proposer des formations initiales et continues qui intègrent les compétences attendues pour décarboner les activités de la chimie mais aussi pour développer des solutions nouvelles au service de la transition écologique des autres secteurs de l’économie.

L’ambition du projet « Decarbochim » est précisément de répondre à ce défi :
· Mettre à disposition, sur l’ensemble du territoire national, des formations d’excellence fondées sur un même référentiel de compétences au service de la décarbonation des industries de la chimie ;
· Contribuer à diffuser la culture de la décarbonation auprès des étudiantes et des étudiants de la chimie mais aussi plus largement auprès de tous ses salariés.

Ce projet est unique par l’ampleur du consortium impliqué puisque les écoles d’ingénieurs en chimie et génie des procédés de la Fédération Gay-Lussac [1] et les 22 départements d’IUT [2] chimie et génie chimique ou génie des procédés y sont associés. D’un budget global de 8,4 M€ sur les 5 prochaines années, il comporte trois volets :
· le développement de contenus de formation pour la décarbonation (recontextualisation de modules de formation, nouveaux contenus, …)
· des infrastructures et des équipements pour la diffusion des outils pédagogiques (installations de 30 pilotes maillant le territoire, plateforme LMS)
· et la diffusion d’une culture de la décarbonation et la promotion des métiers.

Pour Frédéric Gauchet, Président de France Chimie :
« La Chimie a remarquablement réduit ses émissions de CO₂ depuis des années. Tous nos métiers continuent d’intégrer les compétences nouvelles nécessaires à la transition écologique que nos adhérents entendent résolument mener à bien. Aussi, nous sommes particulièrement fiers de lancer le projet DecarboChim avec la Fédération Gay-Lussac, l’ADIUT et le soutien de France 2030 »

Pour Laurent Prat, Président de la Fédération Gay-Lussac :
« Les écoles de la Fédération Gay Lussac sont naturellement au cœur de ce consortium. Engagées depuis plusieurs années dans l’approche par compétences notamment avec la création de la plateforme « PEFGL » commune aux écoles membres et au service de ses élèves-ingénieurs. Elles sont également, grâce à leurs laboratoires, un pilier de la recherche et innovation pour le monde industriel particulièrement sur les sujets liés à la décarbonation. »

Pour Martial Martin, Président de l’ADIUT :
« Avec Decarbochim, les IUT vont répondre concrètement aux enjeux de développement durable de l’industrie. Dans tous les territoires, les étudiants des IUT bénéficieront d’une approche innovante conçue avec le monde de la chimie et nous saurons répondre aux besoins de formation des professionnels en poste. »

[1] Écoles d’ingénieurs : Centrale Lille-ENSCL, Centrale Méditerranée (Marseille), Chimie ParisTech, CPE Lyon, ECPM (Strasbourg), ENSMAC (Bordeaux), ENSCM (Montpellier), ENSCMu (Mulhouse), ENSCR (Rennes), ENSGTI (Pau), ENSI (Poitiers), ENSIC (Nancy), ENSICAEN, ENSIL-ENSCI (Limoges), ESCOM Chimie (Compiègne), ESPCI Paris, INSA (Rouen), ITECH Lyon, SIGMA (Clermont-Ferrand), Toulouse INP-ENSIACET.
[2] IUT Génie des procédés de Caen, Lyon, Nancy, Périgueux, Pontivy, Rouen, Saint Nazaire, Saint Quentin, Toulouse et Rambouillet et IUT Chimie de Besançon, Béthune, Castres, Le Puy, Lille, Marseille, Orléans, Orsay, Rennes, Rouen, Strasbourg et Vitry.