Après les empreintes digitales, le visage ou l’iris, les chercheurs explorent de nouvelles stratégies d’authentification biométrique, basées cette fois sur notre façon de bouger et sur notre manière très personnelle d’interagir avec nos Smartphones.

Une nouvelle méthode d’authentification biométrique, surnommée avec humour « frappologie », est apparue en France dès 2007 sous la direction de Christophe Rosenberger et de son équipe du laboratoire Greyc « Monétique et biométrie ».

L’analyse de la dynamique de frappe au clavier part d’un principe simple : nous possédons chacun une façon unique de taper sur un ordinateur ou un smartphone. Tendance à enfoncer brutalement les touches ou doigts légers et rapides : la dynamique de frappe trahit facilement notre identité. « Pour identifier une personne grâce à son style de frappe, nous mesurons seulement trois paramètres : le temps de pression sur chaque touche, de relâchement ainsi que le temps de vol entre deux touches », précise Christophe Rosenberger, professeur des universités à l’ENSICAEN. Il suffit alors de taper cinq fois son mot de passe personnel pour que le logiciel puisse apprendre la signature de frappe unique à l’utilisateur, à l’aide d’un modèle mathématique. « Lors de l’authentification, la machine compare le style de frappe du mot de passe tapé au modèle enregistré auparavant pour l’utilisateur », ajoute le chercheur.

Article publié le 05.04.2016 dans Le Journal du CNRS : bouger-pour-sidentifier

S. NIVENS/FOTOLIA.COM

 

On parle de la « frappologie » sur Europe 1  : twitter.com/AnneLeGall

et sur le Journal M6 du 19h45 du 12/04/2016 (se lit avec VLC) :
https://ent.normandie-univ.fr/filex/get?k=AOWiHmAB2cblqrYlrcM

 

Share This