La semaine intensive est l’occasion pour les élèves ingénieurs de l’ENSICAEN et de l’Université de Caen de se rencontrer et échanger avec d’autres étudiants aux compétences diverses. Joan Reynaud, co-organisateur de l’événement, enseignant et responsable de formation à l’ENSICAEN nous explique les objectifs de cet événement.

La semaine intensive, pourquoi ?

“L’idée part de l’envie de réunir différents profils ensemble. Au sein de l’ENSICAEN, élèves apprentis et en formation initiale ne se croisaient pas forcément, et ne travaillaient pas avec des étudiants d’autres filières.” C’est pourquoi des ingénieurs apprentis ou formation initiale cohabitent désormais avec des élèves de l’Université de Caen et des élèves en DUT Information-Communication.
Au départ, les étudiants étaient à l’œuvre jour et nuit pour accomplir leur projet sur des problématiques très technologiques. Aujourd’hui, l’événement se déroule sur une semaine, mais sur des horaires moins exigeants et les problématiques sont plus sociétales.”

 “On cherche à dépasser l’aspect technique et faire de ce genre de projet une expérience humaine.”

“Nos étudiants apprennent à tout faire, à réagir à plein de circonstances, à travailler sur n’importe quel métier. Mais en pratique, à l’instant T, que sont-ils réellement capables de faire ?”

“Un challenge de ce type leur permet aussi de matérialiser ce qu’ils peuvent et ce qu’ils veulent faire, avant d’entrer dans le monde professionnel […] Il y a toujours un début timide, mais tout le monde finit par s’exprimer […] Il n’y a que très rarement des problèmes d’egos, nous n’en avons pas eu cette année par exemple.”

 Le choix du Collapsathon assumé

À l’occasion de cette 4ème édition au Dôme, c’est un Collapsathon qui est proposé aux étudiants, amenés à imaginer et réaliser des projets dystopiques.

“C’est un petit risque, on ne savait nous même pas trop où on allait au départ, mais on avait la volonté d’accorder plus de liberté. En raison de ce thème il a fallu préparer la communication externe, pour faire comprendre au public l’intérêt de cette initiative.”

“Au début, quelques élèves ont été légèrement choqués par le thème, mais ce ressenti s’est vite dissipé, il fait partie de l’expérience […] Certains de ces élèves seront amenés à travailler avec des entreprises pas forcément recommandables éthiquement et socialement, ils ou elles auront à choisir d’y rester ou d’en changer.”

Un bon moyen pour les étudiants de prendre conscience de leurs limites, aussi bien en terme de compétences que d’éthique.

Crédits : IUT Grand ouest Normandie (DR)
Sources : EcoSciences

Rendez-vous, interviews, restitutions d’ateliers, … Suivez toute l’actualité du projet dans le dossier spécial “Semaine intensive” ainsi que sur Twitter : #SI2020.

Share This